Bolivie: un coup d’État contre-révolutionnaire

Peter Hudis

Summary: This article was first published in English as “Counterrevolution in Bolivia: Its Roots and Result, in The International Marxist-Humanist, Nov. 18, 2019 and can be accessed here:  https://imhojournal.org/articles/counterrevolution-in-bolivia-its-roots-and-result/ We are publishing the abbreviated French translation that appeared in Plateforme altermondialiste on December 4, 2019, here http://alter.quebec/bolivie-un-coup-detat-contre-revolutionnaire/ — Editors

Il ne fait aucun doute que, malgré ses lacunes, les années de gouvernement d’Evo Morales ont permis une amélioration spectaculaire de la vie de la grande majorité des Boliviens. Le taux d’analphabétisme est passé de 13% en 2006 à pratiquement zéro aujourd’hui. Les taux de chômage sont passés de 9,2% en 2006 à 4,1%. Les taux de pauvreté modérés sont passés de 60,6% en 2006 à 34,6% en 2018; et les taux d’extrême pauvreté ont diminué au cours de la même période, passant de 38,2% à 15,2%. Le coefficient de Gini, qui mesure l’inégalité des revenus, a chuté de 19% au cours de son mandat. Plus important encore, l’espérance de vie a augmenté de neuf ans. Cela se traduit par une amélioration remarquable du niveau de vie résultant de la nationalisation (partielle) de la Bolivie de son industrie du gaz naturel et d’un ambitieux programme de protection sociale en faveur de ses habitants les plus démunis.

Non moins importante, la Bolivie est devenue un État «plurinational» qui, pour la première fois, a incorporé les langues et la culture autochtones dans le modèle de développement du pays. L’adoption du concept indigène andin de Vivir Bien , ou bien vivre, inscrite dans sa constitution de 2009, était au centre de ces préoccupations. C’est le principe le plus proche de tous les pays modernes à incorporer des concepts autochtones tels que le communalisme et le respect de la nature en tant que fin en soi («Pachamama») dans les principes de gouvernance. Cela concerne également les relations entre hommes et femmes: 50% des élus au parlement sont des femmes.

Ce sont ces gains – et surtout l’élévation du statut social et culturel des peuples Aymara et Quechua – que les nouveaux dirigeants de la Bolivie ont l’intention de renverser. À peine a-t-on enlevé Morales que des foules composées de Ladinos (métis occidentaux non-autochtones ) sont descendues dans la rue et ont brûlé le Wiphala, le drapeau multicolore représentant les 36 groupes autochtones de la Bolivie. Carlos Mesa, qui a été destitué du pouvoir en 2003 par un soulèvement populaire dirigé par des peuples autochtones, a déclaré que le nouveau gouvernement serait «nettoyé» de ses valeurs. Añez Chavez a proclamé: «Je rêve d’une Bolivie sans rites sataniques indigènes. La Paz n’est pas pour les Indiens; laissez-les retourner sur les hauts plateaux ou sur le Chaco. »Au départ, son cabinet choisi à la main ne comprenait aucun membre de la communauté autochtone.

Añez Chavez est un chiffre provisoire sur lequel il sera sans doute tenu de se retirer. La personne la plus susceptible de la remplacer n’est pas meilleure – Luis Fernando Camacho, membre de la droite chrétienne évangélique qui admire Bolsonaro au Brésil. Après le renversement de Morales, il proclama: «La Bible retourne au palais du gouvernement. Pachamama ne reviendra jamais. Aujourd’hui, le Christ retourne au palais du gouvernement. «

 

Pourquoi sont-ils si pleins de haine?

Il y a toujours eu une partie importante de la société bolivienne qui s’est farouchement opposée à Morales, au MAS et à tout ce qu’ils ont défendu. C’était une équipe de néo-libéraux, de racistes anti-autochtones, et la bourgeoisie nationale se concentrait dans des régions telles que Santa Cruz, Beni et Pando (en particulier celles dépendant de l’agroalimentaire). À la suite de l’ascension au pouvoir de Morales en 2006, certains d’entre eux sont allés jusqu’à pousser à la sécession de la Bolivie. Mais Morales et le MAS ont efficacement désamorcé cette opposition en faisant une série de concessions. Celles-ci prévoyaient notamment une plus grande extraction des biocarburants, une augmentation des exportations de viande, la déforestation et d’autres mesures permettant au secteur agroalimentaire de prospérer. La décision de Morales de faire pression pour la construction d’une autoroute traversant le territoire autochtone, appelée TIPNIS, a constitué un tournant décisif. afin de faciliter les exportations agricoles vers le Brésil et l’Argentine ainsi que vers le marché mondial. Il s’est également abstenu de toute nationalisation à grande échelle de l’industrie ou de la propriété, en particulier dans la région de Santa Cruz. Bien que ces actes aient affaibli son soutien parmi les peuples autochtones, ils ont réussi à faire taire (au moins temporairement) les tentatives de l’opposition conservatrice de forcer son retrait du pouvoir.

À vrai dire, la classe moyenne et la bourgeoisie nationale s’en tiraient plutôt bien sous Morales (il en était de même au Venezuela quelques années auparavant), car non seulement leurs droits de propriété n’étaient pas violés, mais les prix élevés des produits de base les rendaient plus riches.

Pourtant, comme nous l’avons vu au Venezuela, en Équateur et au Brésil, le fait qu’une partie de la bourgeoisie nationale ait profité de tels régimes de gauche ne signifie pas qu’elle les a acceptés. Dans le cas de la Bolivie, ils ne pouvaient pas supporter l’idée d’être gouvernés par un Aymara des hautes terres qui parlait avec enthousiasme du socialisme, des droits des marginaux et du respect de la nature. Plus ceux de «rang inférieur» ont grandi, plus ils les ont détestés pour avoir menacé de se sentir eux-mêmes.

Ils attendirent leur heure et attendirent le moment de la grève. Ce moment a failli arriver en 2014, lorsque la croissance économique a ralenti en raison de la baisse du prix de nombreux produits de base – au moment même où Morales perdait le soutien de sa base en raison de la centralisation du pouvoir à de moins en moins de mains faire de « Vivir Bien » plus qu’une expression rhétorique. Le tournant décisif est survenu cette année, lorsque Morales a demandé un mandat supplémentaire, même s’il était clair qu’il s’était considérablement affaibli sur le plan politique. Comme des requins à l’affût, ils ont décelé sa faiblesse et sont allés le tuer pendant et après les élections.

Une leçon importante s’applique bien au-delà de la Bolivie: peu importe les efforts d’un gouvernement progressiste pour calmer ses opposants réactionnaires, ils l’allumeront tôt ou tard, en utilisant tous les outils les plus néfastes à leur disposition.

 

Pourquoi on en est rendus là?

Lorsque Morales a pris ses fonctions à la suite d’une forte poussée populaire massive en 2006, bon nombre de ses partisans ont supposé que les mouvements sociaux qui l’ont amené au pouvoir, et non le MAS, deviendraient le principal intermédiaire. Mais cela ne s’est pas passé ainsi. Pablo Solón, ambassadeur de la Bolivie auprès des Nations Unies pendant le premier mandat de Morale, a déclaré qu’il y avait eu un «changement majeur dans l’orientation du gouvernement» après les élections de 2009: «Tout est tombé sous le contrôle du pouvoir exécutif, et un gouvernement extrêmement personnalisé la figure de Morales. L’idéologie qui a prévalu au sein du gouvernement, dont le [vice-président] Álvaro García Linera est l’expression la plus pure, a déclaré: nous n’acceptons pas les penseurs indépendants, il ne peut y avoir de penseurs indépendants ».

Bien que le gouvernement se soit démené pour incorporer des membres du mouvement populaire dans l’appareil d’État, cela a eu pour effet d’étouffer leur autonomie et leur initiative. Lorsque des organisations populaires se sont opposées à des politiques gouvernementales particulières, elles se sont souvent retrouvées marginalisées et attaquées. María Galindo, une féministe bolivienne et fondatrice de Mujeres Creando, écrit: «Si vous n’étiez pas du parti [de Morales], vous n’aviez pas le droit de dire quoi que ce soit et si vous étiez dans le parti, vous ne pouviez pas non plus vous opposer, fait par un cercle fermé. Cela a créé un vide démocratique gigantesque. «

Et Silvia Rivera Cusicanqui, théoricienne et militante bien connue des Aymara, a déclaré: «J’avais tellement d’espoir au moment où Evo Morales est entré au gouvernement. Mais il en est venu à réclamer le pouvoir centralisé, qui fait partie de la culture dominante de la Bolivie depuis la révolution de 1952. L’idée que la Bolivie est un État faible et doit être un État fort est une idée si récurrente qui devient le suicide de la révolution. Parce que la révolution est ce que font les gens – et ce que les gens font est décentralisé. »( 2014, http://upsidedownworld.org/archives/bolivia/Indigenous-anarchist-critique-of-bolivias-Indigenous -état-entretien-avec-silvia-rivera-cusicanqui /).

Ces critiques importantes ne doivent pas être ignorées ou assimilées au seul but de se concentrer exclusivement sur les machinations de la droite et de l’impérialisme américain – il est donc vital d’exposer avec vigueur la culpabilité de l’une et de l’autre dans le coup anti-démocratique.

Certains, à gauche, tirent une conclusion erronée des événements en affirmant que Morales et le MAS ne sont pas allés assez loin en centralisant le pouvoir de l’État d’un seul tenant. Ils semblent totalement ignorants du fait que les progrès réalisés sous Morales étaient l’expression d’un mouvement diversifié et populaire qui était dans la rue depuis des années avant son accession au pouvoir. Leur pensée et leur action étaient la force énergisante qui a produit le régime et lui a donné le pouvoir et le potentiel pour transformer la société bolivienne. La monopolisation du pouvoir étatique par un seul parti, aussi bien intentionné soit-il, est incapable de fournir ce que peut accomplir l’activité et la créativité sans entraves des masses.

La tragédie, affirme Solón, est la suivante: «un phénomène terrible a été créé: la communauté autochtone Aymara et Quechua, qui a résisté à la colonisation pendant 500 ans, est aujourd’hui très fragile, car un gouvernement autochtone défend une perspective très consumériste et développementaliste de la modernité occidentale. En conséquence, les communautés aymara et quechua et leur vision alternative, Vivir Bien , sont plus faibles aujourd’hui qu’avant l’arrivée du gouvernement [de Morales]. Cela aurait dû être exactement le scénario opposé. «

Cela ne signifie pas que les masses boliviennes accepteront passivement la contre-révolution en cours. Ils ont forgé certains des mouvements de travailleurs, paysans et autochtones les plus militants de ce continent, et ils ont rebondi après des échecs et des défaites – comme l’a notamment vu la recrudescence du début des années 2000 qui a inversé les échecs des années 1980 et 1990. Même si l’élite dirigeante pense avoir le loisir d’imposer l’austérité économique et l’exclusion raciale maintenant que Morales est à l’écart, l’Amérique du Sud frémit de nouvelles formes de résistance, comme le montrent les récents développements en Équateur et au Chili. Le jour viendra où les masses boliviennes écarteront les élites et les structures sociales qui s’opposent, absorbant les contributions et les limites de l’expérience sociale qui a défini leur nation au cours des 14 dernières années.

LEAVE A REPLY

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

0 Comments

FROM THE SAME AUTHOR